U.S. Girls

U.S. Girls est un groupe de pop expérimentale américano-canadien. Il est formé en 2007 par Meghan Remy, seule membre constante du groupe. Remy collabore avec nombre de musiciens torontois à l’écriture et la production.

Avec « In A Poem Unlimited » sorti ce 18 février 2018, la chanteuse nous montre qu’elle n’a rien perdu de sa virulence. En combat contre le système, elle s’attaque aux relations abusives, à la sexualité, au coût humain de la guerre et à bien d’autres sujets qui reflètent sa propre expérience des cruautés de la vie.

Dans « Velvet 4 Sale« , elle évoque par exemple la menace constante que notre société patriarcale inflige à une femme, et les actions que cette dernière entreprend en réponse. Les hommes ont de la chance que les femmes (et les enfants) n’aient pas encore pris les armes. J’espère que ça n’arrivera jamais et je ne pense pas du tout que la violence puisse être efficace, mais l’idée était parfaite pour une chanson, déclare-t-elle à Vice. L’imaginaire de la révolte, son fantasme plus que sa réalité, est la force qui dirige sa musique. Les élans poétiques et les sous-entendus y foisonnent, exprimant de manière brutalement honnête les frustrations et les désirs qui habitent la chanteuse. Son pamphlet féministe ne manque pas d’humour non plus : dans « Pearly Gates« , elle imagine une rencontre avec Saint-Pierre aux portes du paradis, qui prend rapidement une connotation sexuelle. Les clins d’œil abondent autant que les coups de poing.

La charge politique qui ressort de ses paroles échappera probablement aux auditeurs ne comprenant pas l’anglais : les rythmes groovy et dansants cache bien le jeu subversif de ses chansons. La voix de Remy ne manque pas d’énergie, ni de férocité, mais une punk elle n’est pas. Son timbre de voix est fréquemment doux et harmonieux et ses mélodies sont indéniablement pop : accessibles pour le grand public et promptes à se glisser pour de bon dans nos oreilles.

Enregistré avec un live-band, « In A Poem Unlimited » se situe à mi-chemin entre l’expérimentation et la musique populaire. Disco, glam rock, électro, musique atmosphérique et refrains dignes des années 60 s’y mélangent avec une fluidité et une aisance remarquable. On pense fréquemment à Blondie, Dolly Parton, Madonna ou encore aux Ronettes.

C’est dans ce patchwork d’influences souvent féminines que la subversion pop de Meg Remy trouve son sens. Se réappropriant les sons de celles qui l’ont précédées, elle affirme fièrement son identité artistique et politique, ne se refusant ni références, ni refrains pop, ni jeu de mot graveleux, ni cris de colère. C’est l’œuvre d’une musicienne en parfaite maîtrise de son art, et qui s’assume pleinement.